ColinFarrellFrance

Première source française sur l'acteur irlandais Colin Farrell
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
» merci
Lun 5 Juin - 12:19 par mari carmen

» london critic 17 janvier 2017
Mar 15 Déc - 23:28 par Elemental

» info sur le film
Mar 15 Déc - 14:30 par sophie

» european film award 12 decembre 2015
Dim 13 Déc - 14:52 par sophie

» bifa 6 decembre 2015
Dim 13 Déc - 14:51 par sophie

» info divers/rumeur
Jeu 10 Déc - 21:00 par sophie

» les festivals
Mar 8 Déc - 15:02 par sophie

» rumeur de projets
Mer 18 Nov - 14:23 par sophie

» info sur le film
Sam 14 Nov - 23:54 par charline97

Partenaires
sophielovescolin / b.moynahan / journal de CF

Partagez | 
 

 les critiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sophie
Admin
avatar

Messages : 3095
Date d'inscription : 22/11/2010
Age : 44
Localisation : pithiviers

MessageSujet: les critiques   Sam 27 Aoû - 20:05

"
Dans la folie du remake qui balaie Hollywood, tout y passe. Jusqu'au film de vampires, comme si le genre n'était pas déjà suffisamment usé. Dans ce contexte, la nouvelle mouture du film culte de 1985 Vampire, vous avez dit vampire? (v.f. de Fright Night) n'apporte strictement rien de nouveau à se mettre sous les canines.


Les adolescents, davantage que les adultes, trouveront plaisir à se conter des peurs avec l'histoire saugrenue de Charlie (Anton Yelchin), un étudiant d'une banlieue anonyme de Las Vegas qui soupçonne son intrigant voisin (crédible Colin Farrell) d'être un disciple de Dracula. Ses doutes macabres sont alimentés par la disparition de plusieurs camarades de classe, dont son meilleur ami (Christopher Mintz-Plass), qui avait vainement tenté de le convaincre de l'identité du nouvel arrivant.

Le gore à l'honneur

Très rapidement, Charlie n'aura plus besoin de preuves. Ce voisin est bel et bien une créature nocturne qui adore planter ses crocs dans le cou de tout un chacun. Les bons vieux trucs pour se farcir un vampire ne lui étant d'aucune utilité, Charlie devra s'allier à un entertainer vampirique de Las Vegas (David Tennant), un type porté sur la bouteille et la vulgarité.


Le gore est à l'honneur dans ce film réalisé par Craig Gillespie (Mr. Woodcock). Les trucages sanguinolents abondent et sont assez réussis (surtout en 3D). La séquence où le vampire se paye une virée mémorable en auto avec Charlie, sa mère (Toni Collette) et sa petite copine (Igomen Poots) s'avère le moment le plus intense, même s'il se termine dans l'incohérence la plus totale.

Quelques traits humoristiques (surtout servis par David Tennant) permettent de mieux faire passer les moments d'horreur, mais n'empêche, on a vraiment hâte que le héros le plante, son pieu, dans le coeur de son ennemi pour qu'on en finisse.

Au rayon des incongruités - outre le fait que pas un chat, à part Charlie, ne se soucie des multiples disparitions -, le film en comporte une de taille : notre vampire, allergique à la clarté comme le veut la légende, mène à un certain moment la conversation en plein jour, sur la pelouse de sa résidence...

Un vampire, vous avez bien dit un vampire?
source:http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/cinema/201108/26/01-4429280-vampire-vous-avez-dit-vampire-au-bout-de-son-sens.php



Vampire, vous avez dit vampire ?

Colin Farrell réussit à se démarquer d’une ribambelle d’acteurs un peu trop moyens. Cet acteur s’amuse comme un petit fou avec son personnage. Il bouge comme un vampire, a le regard malicieux de ceux-ci et il réussit à rehausser le coté horrifique du film à travers son jeu brillant. Parlant de cette espèce, dieu merci, le film évite le romantisme actuel que l’on associe aux vampires. Pas de monstres à la Twilight, mais un vampire comme dans le « bon vieux temps ». D’ailleurs, lors de l’une des meilleures scènes du film, le scénariste Marti Noxon fait plaisanter les personnages au sujet de ces romans, à notre plus grand plaisir…
Le plus gros point négatif réside dans un mauvais dosage des éléments. C’est œuvre à quatre facettes : horreur, comédie, suspens et film tout public. À un moment, le film est gore, à l’autre il est subjectif. Parfois il est drôle, ensuite le rire provient de la médiocrité des blagues. Oui, le film fait peur, mais c’est majoritairement grâce à la 3D plutôt qu’à la mise en scène. Parlons de la 3D, elle est particulièrement réussie bien que facultative. Heureusement le réalisateur, un pur inconnu, en excluant son « Mr. Woodcock », nous offre une belle photographie de la ville de Las Vegas et du Nouveau-Mexique (Lieu du tournage, parce que Las Vegas est au Nevada). À noter également le caméo du Jerry originel, Chris Sarandon, en temps qu’automobiliste dans le désert.
source: http://www.critique-film.fr/fright-night/



Dès le début des années 80, Steven Spielberg réinventait le divertissement sur grand écran avec un sous-genre qui a bercé toute une génération : le conte banlieusard. Tous les adolescents cinéphages rêvaient de rencontrer E.T. ou de faire partie des Goonies. Réalisé en 1985, Vampire, vous avez dit vampire ? (Fright Night) est né de cette mouvance pour l'épouvante décontractée où les teenagers étaient autant de proies faciles que des héros en devenir. Plus de vingt cinq ans après, Hollywood décide d'en faire un remake.
Dès l'introduction, puissante et terrifiante, on est bluffé par la mise en scène de Craig Gillespie qui n'avait pas complètement convaincu auparavant. Les premières impressions sont rapidement vérifiées tout au long du film. Très à l'aise dans la mise en place de ses plans-séquences (la scène de poursuite en voiture est une réussite), le cinéaste parvient à distiller une angoisse latente jusqu'à faire exploser une violence sèche. Le crescendo de Fright Night ne donne pas dans le grand-guignol et s'éloigne du second degré de l'oeuvre originale. Tant pis pour le rire déploreront certains. Reste une construction rythmique haletante, des acteurs mordants et une 3D



Dans ce duel à l'ombre, Colin Farrell fait le job en vampire ultra sexué et Anton Yelchin promène sa bouille androgyne dans un mélange de force et de fragilité. A leurs côtés, David Tennant est aussi cabotin qu'émouvant et on adore ça (quel autre acteur anglais pouvait remplacer Roddy McDowall ?). A chacune de ses apparitions, l'acteur devient l'atout numéro 1 de la séquence. Par ailleurs, les fans de la première heure s'amuseront du caméo de Chris Sarandon, le vampire de l'original. Le casting tient donc toutes ses promesses.
Après Super 8, Fright Night vient redonner à son tour le goût d'une époque bénie dont les héritiers sont aujourd'hui les rois à Hollywood. Le long-métrage n'a pas le charme bout de ficelle de la fiction de Tom Holland et le scénario impose des entorses fainéantes aux lois du genre (un pieu dans le coeur du grand méchant et l'armée de vampire est détruite...), mais le tempo imposé par cette chasse au monstre est suffisamment sexy et sauvage pour plaire.
source: http://www.excessif.com/cinema/critique-fright-night-6662157-760.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sophielovescolin.tumblr.com/
sophie
Admin
avatar

Messages : 3095
Date d'inscription : 22/11/2010
Age : 44
Localisation : pithiviers

MessageSujet: Re: les critiques   Jeu 8 Sep - 13:51

THE VAMPIRE NEXT DOOR

Tiens, un remake de film d’horreur culte qui n’est pas tombé dans l’escarcelle de Michael Bay et de Platinum Dunes ? Intéressant ! Peut-être allons-nous découvrir quelque chose de frais et qui saura traiter avec autant de respect le modèle original et ses spectateurs ? Sauf qu’on a tôt fait de voir que cette relecture n’ira pas chercher ce qui faisait la substantifique moelle du Vampire, vous avez dit vampire ? de Tom Holland, à savoir un mélange savant de comédie et de fantastique, et préfère emboiter le pas aux Twilight, True blood et autres produits aseptisés à succubes pour pisseuses. Exit donc tout l’aspect humoristique de l’original et place à de l’horror movie premier degré, basique et sans saveur, vulgarisé pour le public éduqué aux jeans slims et aux pots de gel que la prod de Fright Night imagine rétif aux mélanges, un de ces nombreux produits sous vide qui auraient mieux fait de sortir en DTV histoire de laisser quelques séances à des camarades en ayant largement plus dans le bide et dans le caleçon. Du coup, on ne s’attardera pas sur les minables changements opérés autour des personnages comme le fameux Peter Vincent devenu magicien d’opérette ayant son show à Vegas ou sur Démon, qui passe de gentil loser à l’archétype du geek répugnant et qui n’apparait plus que 10 minutes à tout casser… On évitera aussi de trop se pencher sur la faute de goût Colin Farrell et son look de rebelle des bacs à sable qui cabotine autant qu’un clébard faisant le beau pour avoir sa pâté Canigou… Bref, Fright night est un des remakes les plus inutiles et cons du genre et passe totalement à côté de son concept initial comme de son énorme potentiel. A éviter de toute urgence !
par Christophe Chenalle


http://www.filmdeculte.com/cinema/actualite/Fright-night-13487.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sophielovescolin.tumblr.com/
sophie
Admin
avatar

Messages : 3095
Date d'inscription : 22/11/2010
Age : 44
Localisation : pithiviers

MessageSujet: Re: les critiques   Dim 11 Sep - 18:45

Le film joue donc plus sur l’aspect thriller que sur l’aspect horreur. Les victimes semblant obtenir un certain plaisir après quelques secondes de sussions. Il semblerait que cela soit une volonté du réalisateur qui voulait conserver l’esprit comédie d’horreur du film d’origine. Je ne suis pas certain que cela soit une si bonne idée.

D’autant plus que le film est victime, à de nombreuses reprises, de problèmes de cadrage avec notamment des protagonistes en partie scalpés lors des scènes de dialogue. On regrettera également des choix discutables comme lors de la course poursuite en voiture avec une caméra fixe qui donne l’impression que la voiture est arrêtée. De même lors de cette course poursuite il y a énormément d’incohérences surtout temporelles mais aussi d’un point de vue physique. Pour ceux qui iront le voir vous ne pourrez qu’être surpris. En effet après beaucoup d’impacts, la voiture demeure capable de rouler, les occupants sont indemnes et Jerry est un peu magicien. Dans cette séquence il est en quelque sorte un mix de Wolverine, de Magneto et de Diablo. En dehors de ça, la prestation de Colin Farrell est bluffante notamment lors de la séquence de la bière. Le jeu des autres acteurs est quant à lui un cran en dessous avec une tendance à surjouer certaines émotions ou à ne pas refléter l’action en cours. Enfin la 3D n’apporte rien dans ce film hormis quelques effets disséminés par ci par là dans le film. Celle-ci est aussi utile que des balles en argent sur un vampire, d’autant plus que l’action principale du film se situe dans un environnement plutôt sombre et cloisonner.

En définitive un film plutôt intéressant et qui change des vampires romantiques et mielleux de Twilight, cependant il ne faut pas s’attendre à un chef d’œuvre. Ce n’est ni un film d’horreur, ni un thriller. Définissons-le comme une comédie encore que ce ne soit pas à se plier non plus.

http://www.jeuxpcmag.com/avis-cine/16479-critique-de-fright-night

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sophielovescolin.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les critiques   

Revenir en haut Aller en bas
 
les critiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atonement (Expiation): les critiques presse et internet
» Iron man 2 critiques/ (pro/ spectateurs) débat
» Jane Austen au cinéma : livres critiques
» Les critiques littéraires
» Critiques Presses Magazines Spectateur ect...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ColinFarrellFrance :: Ses films :: Films déjà sortis :: entre 2008 et 2012 :: Fright Night-
Sauter vers: