ColinFarrellFrance

Première source française sur l'acteur irlandais Colin Farrell
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Derniers sujets
» merci
Lun 5 Juin - 12:19 par mari carmen

» london critic 17 janvier 2017
Mar 15 Déc - 23:28 par Elemental

» info sur le film
Mar 15 Déc - 14:30 par sophie

» european film award 12 decembre 2015
Dim 13 Déc - 14:52 par sophie

» bifa 6 decembre 2015
Dim 13 Déc - 14:51 par sophie

» info divers/rumeur
Jeu 10 Déc - 21:00 par sophie

» les festivals
Mar 8 Déc - 15:02 par sophie

» rumeur de projets
Mer 18 Nov - 14:23 par sophie

» info sur le film
Sam 14 Nov - 23:54 par charline97

Partenaires
sophielovescolin / b.moynahan / journal de CF

Partagez | 
 

 critiques presse/net

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sophie
Admin
avatar

Messages : 3095
Date d'inscription : 22/11/2010
Age : 44
Localisation : pithiviers

MessageSujet: critiques presse/net   Dim 24 Nov - 21:28

le film sort dans qq jours a l'etranger alors voici les premieres critiques:
en voici une provenant d'un blog, qui est tres surpris par la l'excellente interprattion de colin dans le film!
Emma Thompson is to the United Kingdom what Tom Hanks is to the United States. Dual Academy Award winners, they both share the admiration of not only their home country, but the entire cinematic world. While this film is a meeting of these cinematic darlings, this film belongs to Ms Thompson.

The meeting of P.L. Travers, the creator of Mary Poppins, and Walt Disney, the creator of Mickey Mouse, was one portrayed as tumultuous and momentous. The weight of the film, and its success, rests with Thompson’s portrayal. The most undeniable fact is that despite the film’s overall entertainment, Tom Hanks wanders through the scenery, setting, and songs as a miscast bit player. All the while Thompson trudges forward in a part she seems born to play.

Tom Hanks is best known for his many Everyman performances in American cinema. Most times those portrayals are successful. This is due to the fact that they are all fictional characters that he is able to mould into a “Tom Hanks” performance. However, his performance in this film is obviously the complete opposite. Everyone is aware of Walt Disney and his contributions to film, television, and amusement parks (not to mention his 27 Academy Awards). It is clear that due to the biographical nature of the character, he is unable to mould the performance as he has done in the past.

Emma Thompson is absolutely superb in her performance as Travers. She is tasked with being a stately British curmudgeon (by way of the Australian outback) while also showing the vulnerable side of the author. Thompson seems to inhabit her subject. Whereas Hanks is playing a caricature of Disney, Thompson IS Travers.

Thompson does not carry the entire weight of the film in light of Hanks’ shortcomings. She is aided masterfully by the supporting cast. Paul Giamatti plays Travers’ under-appreciated chauffeur to a charming end. As composer/lyricists Bob and Dick Sherman, BJ Novak and Jason Schwartzman add necessary comic relief and musical interlude.

The most surprising and wonderful performance of the film comes to the screen thanks to Colin Farrell. Farrell plays the father of Travers battling his demons while taking his long suffering wife, played heartrendingly superb by Ruth Wilson, and daughters along on the journey. This level of acting is not often seen from Farrell. As witnessed in his 2004 role in “A Home at the End of the World,” Farrell is adept at showing the gamut of emotions, from high to low.

Overall, the film is one that many different types of film-goers will enjoy. Lovers of historical subject matter and biopics will enjoy the way the film transports them back to the early modernization of Australia and 1960s Britain and America. Lovers of Disneyana will enjoy the look of Disneyland in its infancy and the portrayals of classic Disney hit-makers. The film contains drama, comedy, and music, all the components that make Disney films successful.


http://orangeclockwork.tumblr.com/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sophielovescolin.tumblr.com/
sophie
Admin
avatar

Messages : 3095
Date d'inscription : 22/11/2010
Age : 44
Localisation : pithiviers

MessageSujet: Re: critiques presse/net   Lun 25 Nov - 16:45

http://www.digitalspy.co.uk/movies/review/a521772/saving-mr-banks-review-tom-hanks-emma-thompson-make-mary-poppins.html
Mary Poppins est l'ennemi même de sentiment et de fantaisie, elle ne sugarcoat pas l'obscurité," soufflet PL Travers (Emma Thompson) à Walt Disney (Tom Hanks) lors d'une réunion de script comme la Chambre des souris essaie de mettre sur pied un tout chant, tout-penguin-danse version de célèbre roman de l'auteur.

La tension créatrice entre Hollywood et écrivains est rien de nouveau - Stephen King célèbre méprisait L'adaptation brillante de Stanley Kubrick, tandis que Alan Moore est devenu tellement frustré par les films basés sur ses travaux, il a demandé son nom soit retiré du générique entièrement.

Sauvegarde M. Banks pèle le rideau pour aller dans les coulisses de la fabrication de 1964 classique Mary Poppins de Disney. Pour Walt Disney, faire un film sur ce livre représente une quête de deux décennies pour remplir une promesse qu'il a faite à ses filles, mais pour Travers la crainte d'un film mutiler son travail lui fait creuser belliqueux dans ses talons. Elle cède seulement après son agent met ses finances en diminution et elle a accordé l'homologation de script.



Colin Farrell dans Saving Mr Banks

© Disney
Le directeur Blind Side de John Lee Hancock, travaillant à partir d'un script par Kelly Marcel et Sue Smith, jongle comédie poisson hors de l'eau, Hollywood satire, père-fille drame et Disney renforcement de la marque à la mode un film divertissant qui ne trébuche dans sa multiples flashbacks à un jeune Travers grandissant en Australie avec son père alcoolique (Colin Farrell).

L'adulte Travers est brillamment interprété par Emma Thompson, dont Nanny McPhee films suggérer clairement quelqu'un avec beaucoup d'affection pour Poppins. Elle dépeint une vieille hache combatif qui donne Disney, scénariste Don DaGradi (Bradley Whitford) et songwriters les frères Sherman (Jason Schwartzman et BJ Novak) cauchemars avec ses exigences. Il ne faut pas l'animation, pas de chant, pas de Dick Van Dyke, M. Banks ne doit pas avoir une moustache ... et ainsi de suite.

mines Hancock ce conflit pour la comédie - les enthousiastes, les Américains à l'esprit ouvert sont opposés au traditionaliste toujours aussi britannique, et c'est grâce à avunculaire Disney Hanks que le film est en mesure d'aller au cœur de la question. Propre éducation de Travers a été l'inspiration pour son livre, sa tante Ellie (Rachel Griffiths) est le portrait craché de Mary Poppins et son propre père l'inspiration pour George Banks. Ces personnages sont comme une famille pour Travers, et elle ne veut pas les ont maltraités.

Les scènes qui Flashback en Australie jamais assez cliquer ainsi que celles prévues dans les années 60 - vous pouvez sentir les boutons émotionnels poussés que les batailles Robert Travers Farrell avec de l'alcool et matriarche Margaret Goff (Ruth Wilson) se bat avec s'occuper des enfants pendant qu'il est loin. Tout se joue comme un mélodrame savonneuse, et jurent un peu avec le ton de la comédie frothier du reste du film. Pourtant, Farrell fait une meilleure poing d'un accent anglais de Van Dyke!

Le film appartient vraiment à Thompson et Tom Hanks, dont la relation est élégamment observé par Marcel et le script de Smith. Nominations aux Oscars sont presque assurés, et c'est le genre de chaud-couverture drame qui pourraient prospérer dans la saison des récompenses. Dans la meilleure tradition de Disney, c'est un film pour vous faire rire et pleurer.


4 étoiles

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sophielovescolin.tumblr.com/
Elemental

avatar

Messages : 407
Date d'inscription : 15/08/2013
Localisation : Boulogne-Billancourt

MessageSujet: Re: critiques presse/net   Sam 7 Déc - 12:17

Une critique en français cette fois

http://toutelaculture.com/cinema/a-laffiche/critique-dans-lombre-de-mary-emma-thompson-tom-hanks-et-les-coulisses-de-lhistoire-de-mary-poppins/

Citation :
Prévu pour une sortie américaine pendant les fêtes, Saving Mr Banks cherche son mélange d’humour et d’émotion portant haut les valeurs de la firme de Mickey et de son charismatique fondateur. Étrangement attachant.

Dans l’ombre de Mary est présenté comme le feel-good movie de la période des fêtes, mais ne sortira qu’en février en France. Le projet laisse d’abord dubitatif. Le duel entre le tout-puissant Walt qui souhaite obtenir les droits de Mary Poppins et une auteur anglaise pincée et rigide qui n’est pas prête à lâcher le bébé si facilement. Les joutes verbales entre cette grande dame au caractère bien trempé et un Walt peu habitué à se faire désirer a un potentiel comique certain et les obsessions maniaques pour le détail d’Emma Thompson sont charmantes. Mais le film ne s’arrête pas là. Loin de là même. Le titre original, Saving Mr Banks, est plus fidèle au film, qui raconte en effet surtout l’enfance du personnage incarné par Emma Thompson et la disparition de son père, incarné avec un grand charisme par Colin Farell. Car la famille que doit sauver Mary Poppins est en réalité australienne, baigné aux grands espaces mais au chevet d’une figure paternelle aussi merveilleuse que tragique. Un père inadapté qui cherche la fantaisie partout et se réfugie dans l’alcool pour se forcer à accepter la vie normale. Ce père qui partira trop tôt et un deuil dont les cicatrices ne se sont toujours pas refermées.

Voilà ce que raconte donc Dans l’ombre de Mary. Une petite histoire devenue phénomène mondial mais qui représente avant tout les blessures du passé pour son auteur, qui rechigne à se la voir voler par un univers Disney coloré et guilleret occultant la noirceur et la tristesse présente dans l’original. Alternant flash-back dans les années 1920 et reconstitution des sixties suivant la collaboration avec Disney sur l’écriture du scénario, Saving Mr Banks maintient son suspens malgré des enjeux qui paraissent ténus. Le film est entièrement soutenu par Emma Thompson qui trouve son meilleur rôle depuis des lustres et mériterait une nomination aux oscars. Sa démarche, son phrasé et sa rigidité têtues donnent toute sa personnalité à un film qui aurait pu aseptiser le propos. Emma Thompson porte surtout ce poids du passé, ces souvenirs et ces visions qui remontent, cette profonde tristesse qui ne s’est jamais effacée, sous ses airs de vieille fille coincée. Le film reste une production Disney, qui n’ose pas écorner assez l’image de Walt et s’écarter d’un happy-end qui ne correspond pas à la réalité. Mais cette comédie dramatique nous touche souvent par la force de l’histoire qu’elle raconte.

Gilles Hérail

Saving Mr Banks, une comédie dramatique de John Lee Hancock avec Tom Hanks et Emma Thompson, sortie le 26 février 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sophie
Admin
avatar

Messages : 3095
Date d'inscription : 22/11/2010
Age : 44
Localisation : pithiviers

MessageSujet: Re: critiques presse/net   Sam 7 Déc - 13:17

cool, donc la fin du film ne correspond pas a la realité, des que j'aurai du temps je chercherai ce qui en est réellement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sophielovescolin.tumblr.com/
jileen

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 23/08/2012
Age : 48
Localisation : PARIS

MessageSujet: Re: critiques presse/net   Mer 30 Juil - 12:23

J'ai vu le film ce week, c'est mignon petit film qui se laisse regarder.
Quant à la prestation de Colin!!!! ( Désolé je ne suis pas objective, pour moi il est bien dans son personnage) mais ce n'est pas encore cette fois ci qu'il décrochera un OSCAR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: critiques presse/net   

Revenir en haut Aller en bas
 
critiques presse/net
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ColinFarrellFrance :: Ses films :: Films déjà sortis :: en 2013 à 2015 :: dans l'ombre de Mary-
Sauter vers: